Cinquième Kolonne:A Toi

From Lyriki
Jump to: navigation, search
“A Toi”
Artist: Cinquième Kolonne
Albums: Derrière nos feuilles blanches
Lyricists: Cinquième Kolonne


Spliff embrasé, spleen drastique, je m’explique l'âme embarrassé
Du manque d’ébats lassé, de ton image j’ai trop de mal à me débarrassé,
C’est bête je t’ai qu’embrassé ! Si tendrement enlacés
Si j’en redemande ne veut pas dire que je n’en ais pas eu assez,
Paillasse de solitude, où je ne voulais que de la tendresse
Dans mes sentiments point d’études, c’est mon instinct que s’adresse,
A toi, une odeur envoûtante, en veux-tu en voilà
Des mimiques attachantes, et l’amour viens sans que tu ne le voies.
Jusqu’à ce que tombe le voile, quand malheur et bonheur se valent
Douleur inconcevable, dur de se retrouver dans la peau d’un consommable !
J’exorcise ce mal, lors de mes longues nuits où je veille et écris
Attendant que ma vie se meuble, je veux pas finir vieil aigri.
Mon crâne en guise d’écrin, où s’est encré ton portrait
Ce coup ci omit ce que je crains c’est à dire prendre l’être aimé pour traître.
Trais pour trais, j’ai déjà connu ce sentiment de peine
Car trop d’importance je portais à cet être quitte à la perdre.
Pou qu’au final que dalle, v’la que les larmes perlent
Cupidon m’attaque, étire donc son arc et de sa lame perse.
Car stupide on s’attache, à des souvenirs on s’accroche
Dans notre cerveau ça se clash, nouvelle rencontre mais faut que ça cloche !
Moi je trouve ça moche, que tout se défigure depuis l’île de beauté
Le changement s’amorce, et te pousse à mettre cette idylle de coté.
Ca va me coûter je te dis, cette histoire m’essouffle
à tous mes points de coté je dédie, mon sexe rédi mais mon cœur souffre.
Le gouffre dans lequel elle m’attire je kiff, ce n’est pas un coup de tête
Les sentiments apposent leur griffe et la passion à le goût de naître.
Honnêtement je n’ais pas connu ça depuis les gommettes et le primaire
Je n’étais qu’un enfant quand ton prénom et celui de Kaly rimèrent !
Immergé dans m’illusion ai je été
V-éner j’ais jarreter toutes allusions à la légèreté
Injectée, l’élixir se transcrit en prose
Excepté quand t’est ici, ma sérénité est remise en cause.